Dvoinikov
 

Nouvelles du site:

27.07.16

Internet-début sur notre site!
Le documentaire «Champions», 1976.
Championnat d'Europe de judo 1976, Kiev.
Sur l'écran - József Tuncsik (HUN), Oleg Zurabiani (URS), Valery Dvoinikov (URS), Dietmar Hoetger (GDR), Jean-Paul Coche (FRA), Adam Adamczyk (POL), Tengiz Khubuluri (URS), Robert Van De Walle (BEL), Sergey Novikov (URS), Givi Onashvili (URS), Avel Kazachenkov (URS), Vladimir Novak (TCH).
lire la suite

 

inokumaIsao Inokuma
Parmi les judokas étrangers, ceux qui possèdent un shin-gi-tai particulièrement élevé (la combinaison entre l'esprit, la capacité et la puissance) sont: le soviétique Nevzorov, vainqueur des Jeux olympiques de Montréal dans la catégorie mi-moyens, le soviétique Dvoinikov, finaliste aux mêmes Jeux olympiques dans la catégorie de poids moyens et Lorentz de l'Allemagne de l'Est, qui a remporté dans la catégorie de 95kg la Coupe de Jigaro Kano au Tournoi International de judo qui a eu lieu à Tokyo en 1978.
http://judoinfo.com/inokuma

Wikipedia
Valeri Dvoïnikov

Valeri Dvoïnikov né le 4 mai 1950 à Ozersk (Russie), est un ancien judoka soviétique.
Il a fait partie de la fameuse « Troïka soviétique » du milieu des années 1970 (Nevzorov, Novikov, Dvoinikov) qui a été la première à défier les plus grands noms du judo japonais. Élève de l'école des frères Moussatov, il fut Champion d'Europe, Vice-champion du monde et des Jeux olympiques de 1976 à Montréal, où il a atteint la finale dans la catégorie de 80 kg avec seulement 72,5 kg de poids de corps, en battant tous ses adversaires par ippon. Un des meilleurs spécialistes du Kata Guruma au Monde, il a également inventé plusieurs prises de Ne Waza dont "la roulette de Dvoïnikov" ou la prise du "bulldog".

judo

Le judo (柔道, jūdō?, littéralement voie de la souplesse ou principe de l'adaptation) est un art martial, un sport de combat et un principe de vie d'origine japonaise ( budō), fondé par Jigoro Kano en 1882. Il se compose pour l'essentiel de techniques de projection, de contrôles au sol, d'étranglements et de clefs. Ce sport a été fondé sur base de jiu-jitsu dans les années 80 du 19ème siècle dans un contexte historique particulier: passage du mode de vie féodal au mode de vie capitaliste au sein de l'Empire japonais. Il s'agit du premier art martial qui a pu intégrer le cercle des sports olympiques. Son père et fondateur était Jigoro Kano (1860-1938), professeur de l'Université impérial du Japon. D'après lui, le judo est la "voie de souplesse, l'art de se rendre pour gagner" Un grand respectueux des traditions japonaises mais également de la modernité, il essayait de faire rejoindre le passée historique avec les temps modernes. Il a pu également éliminer toutes les prises jugées dangereuses du "Jiu-Jitsu" pour transformer le judo en sport passionnant et accessible à tous. Depuis, les techniques de judo n'ont pas arrêté d'évoluer. Mais c'est aussi grâce aux valeurs qu'il véhicule que le judo est devenu l'un des sports incontournables de notre époque.

kano

Kano Jigoro (1860-1938)

"L'enseignement de la virtu peut influencer un très grand nombre de personnes. Et ce qui a été bien assimilé par une génération se transmettra à des centaines de générations à venir".

Jigoro Kano, fondateur du Judo et de l'école de Kodokan


kataguruma

1953
Le premier timbre du monde représentant une prise de judo: le Kata Guruma

Dvoinikov Valéry Vassiliévitch

Dvoinikov Valéry Vassiliévitch

Champion d'URSS: 1968, 1969, 1970, 1974
Médaillé au championnat d'URSS: 1971, 1973, 1975, 1976, 1977, 1979
Champion d'Europe: 1970, 1974, 1975, 1976
Médaillé au championnat d'Europe: 1971, 1974, 1975, 1976
Champion du Monde Universitaire: 1974
Vice champion du Monde: 1975
Vice champion des Jeux Olympiques: 1976
Membre de l'équipe nationale d'URSS de 1968 à 1978

 

BIOGRAPHIE

Muni d'une technique rarissime, des capacités physiques "hors pair" et d'une persévérance insatiable, Valéry Dvoinikov est très rapidement devenu une légende mondiale du judo.
Considéré comme l'un des judokas les plus rapides au monde, sa redoutable "kata guruma", Palme d'Or d'après Eugène Crespin dans son livre "Judo de Compétition", faisait peur à tous ses adversaires. Son nom porte également une prise de Ne Waza qu'il a inventé, le "Retournement de Dvoinikov".
Ozersk
A partir de ses 20 ans, il fait déjà partie de l'équipe nationale d'URSS, une place qu'il acquiert en 1970, en devenant Champion d'Europe junior dans la catégorie de mi-moyens (moins de 70kg).
Dvoinikov, Musatov
Après avoir fait toutes ses premières classes à l'école de Vladimir Sergeevitch Mussatov, dans son Oural natal, Valéry Dvoinikov déçide de démenager en Ukraine, à Kiev, pour s'entraîner chez l'un des plus importants entraîneurs ukrainiens de l'époque, Yaroslav Volostchouk dans son club des cheminots, le "Lokomotiv".

Voloshuk Malgré la concurrence qui règnait déjà à l'époque entre les deux républiques voisines et malgré son démenagement, Valéry Dvoinikov réussi de nouveau à réintégrer l'équipe nationale d'URSS pour gagner trois titres européens en trois ans. Il devient également Champion du Monde universitaire à Bruxelles et vice Champion du Monde à Vienne en 1975. Mais le sommet de cette fulgurante épopée fut sa participation aux Jeux Olympiques de Monréal en 1976, dans la catégorie de poids qui n'était pas la sienne.
En effet, il a été séléctionné dans la catégorie de 80kg avec un poids de corps inférieur à 72 kg, laissant la place dans sa catégorie à son éternel rival et ami, Vladimir Nevzorov. Mais ce coup de poker de l'ancien entraîneur de l'équipe nationale d'URSS fut une parfaite réussite car Valéry Dvoinikov réussi à battre tous ses adversaires par ippon et ne s'incline qu'en finale face au champion du monde en titre, Isamu Sonoda par le plus petit des scores.

Cependant, cette défaite fut considérée comme une victoire par de nombreux spéctateurs et connaisseurs de judo car Valéry Dvoinikov a réussi a démontré en pratique ce que signifiait le véritable esprit de judo, inculqué par son inventeur, Jigaro Kano, c'est à dire la victoire de la technique face à la force brute.
Après ces Jeux Olympiques et quelques médailles supplémentaires acquises lors des divers tournois internationaux, Valéry Dvoinikov déçide de mettre un terme à sa carrière pour entamer une brillante carrière d'entraîneur durant laquelle il forme plusieurs champions des équipes nationales d'Ukraine, d'Algérie, du Portugal, de Belgique...Et c'est en Belgique et à Liège qu'il déçide de s'installer avec toute sa famille. Il y vit depuis 1991.

Liege